Brisons la glace !!!

La glace est souvent utilisée à tort et à travers lors d’une blessure. A quoi sert-elle vraiment ? Quand, comment et pourquoi faut-il l’appliquer ?

Prenons un exemple qui arrive très souvent au football : « C’est la fin de la première mi-temps, un choc avec un joueur adverse en pleine course. Sur le coup, votre pied se coince dans la pelouse. La douleur se fait aussitôt ressentir. Vous sortez du terrain en boitant pour constater les dégâts. La cheville a tourné. Vous venez de vous donner une entorse, un des traumatismes les plus courants au football ».


         Comme pour toutes blessures, qu’elles soient articulaires ou musculaires,
votre premier réflexe doit constituer à poser du froid sur la partie meurtrie. Le froid possède de nombreux effets positifs ; il va limiter l’influx sanguin, on parle d’effet vasoconstricteur et anti-inflammatoire qui va atténuer la formation d’hématomes ou d’œdèmes. Il a aussi une action hémostatique qui diminue le saignement des fibres musculaires lésées. Si la réaction inflammatoire et l’hématome ne sont pas contrôlés rapidement, la guérison sera plus longue.

 

Outre ces effets, le froid a l’avantage d’être bien supporté, facile à supporter et peu onéreux. Après avoir appliqué la glace, vous allez ressentir une sensation analgésique qui se matérialise par un amoindrissement de la douleur. Même si vous n’avez plus mal, il ne faut surtout pas retourner au feu ! Reprendre le jeu peut aggraver le traumatisme puisque le région traitée est gelée et donc insensible. Soyez raisonnable, il est temps de vous soigner.

Pendant la phase d’inflammation, soit 48 à 72 heures après le choc, il est primordial de soulager la douleur en glaçant 20 minutes toutes les 4 heures. Par la suite, réduire la fréquence à trois ou quatre fois par jour.

Conseils pour l’application de glace

La glace doit être appliquée de manière à bien épouser la forme de la zone blessée. Elle doit être placée dans un sac maintenu avec un bandage, sans trop serrer pour ne pas arrêter la circulation sanguine, mais suffisamment pour permettre une compression qui arrêtera le saignement. On peut appliquer directement sur la peau des cubes de glace contenus dans un sac en plastique, ou les mettre dans une serviette mince et mouillée. Il existe aussi des sachets de gel mou réfrigérants ( Ice pak® ) vendus en pharmacie qui peuvent s’avérer pratiques. Toutefois, lorsqu’on utilise ces produits, il ne faut pas les placer directement sur la peau, car il y a des risques d’engelure.

Aux petits légumes

Un sac de petits pois verts (ou de maïs en grains) surgelés, déjà dans un emballage plastique, est une solution pratique, puisqu’il se moule bien aux formes du corps et peut être appliqué directement sur la peau.

Il est inutile d’appliquer des compresses froides ou des « sacs magiques », car ils ne sont pas assez froids et se réchauffent en quelques minutes.      

 Pour résumer, devant tout traumatisme, la glace doit systématiquement être associée à une compression, et le massage est à proscrire !

HEL Sébastien: Responsable Technique du club.

PROCHAINEMENT...

.